Actu Nouvelle-Aquitaine

Céraquitaine : un savoir-faire très réfractaire

Céraquitaine fabrique des supports destinés à recevoir des pièces à cuire à haute température. Une prestation réfractaire très particulière pour l’industrie.

Suzanne BOIREAU-TARTARAT - 11 septembre 2019
______

À Saint-Aulaye, sur le bassin d’argile réfractaire des Charentes, Céraquitaine se distingue sur un créneau très particulier : les supports de cuisson à haute température pour l’industrie, qu’il s’agisse d’art de la table, de sanitaire, de céramique technique, de tuiles et briques, d’automobile, de verrerie, d’éléments de four, d’électronique, de chimie ou pétrochimie… Tout ce qui sort de l’entreprise peut répondre à des températures de 800 ˚C à 1 700 ˚C. Son savoir-faire est purement artisanal puisqu’il s’agit de réaliser sur mesure les points d’appui qui soutiendront le passage au four de produits très techniques. Pas moins de 11 000 références sont à 65 % destinées au marché international, dont les deux tiers en Europe. Créée en 1903 pour fabriquer des revêtements intérieurs de chaudières de locomotives à vapeur, cette société de travail de la céramique s’est réorientée, depuis, vers de nombreux secteurs de céramique traditionnelle ou plus spécifiques. Passée dans le giron du groupe Lafarge de 1981 à 1987, elle est devenue ce qu’elle est grâce à Gérard Court qui a tout misé sur la production en cessant l’activité des carrières. Gilles Pouteau poursuit depuis 2009 l’orientation vers les marchés de niche qui distinguent l’entreprise. L’équipe de 35 salariés répond à des besoins de clients spécifiques, évitant ainsi la concurrence des grandes multinationales. Les outils informatiques GPAO et DAO permettent de maîtriser le processus de la conception des projets jusqu’à la facturation avec des moyens modernes de pressage, de coulage, d’extrusion et de cuisson.

Formation et transmission

Aux anciennes machines que Céraquitaine a su conserver, se sont ajoutées deux lignes de production destinées au travail de grandes séries, pour réaliser des programmations de cuisson différenciées et ajustées à chaque matière. Ce parc mêlant outils modernes et traditionnels demande un haut niveau de technicité et de réactivité du responsable de maintenance. À l’heure du passage de relais à un jeune technicien titulaire d’un BTS électronique, un programme de formation interne a été préparé pour que la transmission des compétences techniques soit partagée au mieux. L’ensemble des agents de maintenance bénéficiera ainsi de formations techniques relatives aux sections hydrauliques, pneumatiques et électroniques. Il est essentiel pour l’entreprise d’apporter à l’équipe les connaissances globales des processus de fabrication de la céramique afin d’enrichir chaque compétence technique par une vision d’ensemble des spécificités de Céraquitaine. 26 salariés bénéficient d’un total de 2 059 heures de formation, un programme soutenu par la Région à hauteur de près de 38 500 euros.

Suzanne BOIREAU-TARTARAT