Actu Nouvelle-Aquitaine

Saint-Étienne : les 120 ans de Casino

Connue pour son riche passé industriel, Saint-Étienne est aussi le berceau de l’entreprise Casino fondée par Geoffroy Guichard précisément en 1898. Une exposition retrace le développement de cette enseigne de distribution emblématique au musée d’Art et d’Industrie.

Vincent ROUSSET - 6 novembre 2019
______

Rares sont les expositions dédiées au monde de l’entreprise, à ses fonctionnements et à son organisation. C’est ce défi que relève le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne. Après des temps forts consacrés à Manufrance et à Angénieux, c’est au tour d’un très grand nom du secteur de la distribution, qui prend lui aussi ses attaches sur le territoire stéphanois, d’être passé au crible du musée pour offrir au public un parcours aussi inédit que passionnant. À travers l’histoire de cette entreprise qui fête aujourd’hui ses 120 ans, c’est toute une réflexion sur l’évolution du commerce et des pratiques de consommation qui est offerte aux visiteurs jusqu’au 6 janvier 2020. En 2016, une convention de dépôt est signée entre la Ville de Saint-Étienne et le groupe Casino : celle-ci prévoit la conservation d’une collection de près de 600 objets au musée d’Art et d’Industrie, de 5 000 films à la cinémathèque et du fonds d’archives historiques de l’entreprise, de près de 200 mètres linéaires, aux archives municipales. Un ensemble exceptionnel du patrimoine historique de Casino intègre ainsi les collections publiques de la Ville de Saint-Étienne. 

L’intérêt de ce dépôt et de son étude résident dans le caractère inédit de ces fonds (notamment d’archives) au niveau national. Une enquête de la mission des archives privées du Service interministériel des Archives de France, réalisée en 2014 auprès des archives départementales, démontre en effet l’absence de tels fonds dans les services publics d’archives. Un comité scientifique, chargé d’organiser la recherche autour de ce patrimoine, est constitué conjointement par l’Université Jean Monnet et la Ville. 

Triporteur des années 30, vaisselle publicitaire

L’exposition s’inscrit ainsi dans un projet global de territoire qui fédère plusieurs acteurs institutionnels de la Ville de Saint-Étienne ; elle vient compléter la programmation organisée autour des 120 ans de
l’entreprise Casino, avec notamment une exposition à caractère historique aux archives municipales, des projections à la cinémathèque et un colloque. Elle fait également partie de la programmation de la Biennale Internationale Design 2019 de Saint-Étienne. Le musée d’Art et d’Industrie a, quant à lui, initié une politique d’acquisition
d’objets emblématiques de Casino depuis 2005. Un triporteur des années 1930, des enseignes émaillées et quelques objets plus modestes (vaisselle publicitaire, catalogues, boîtes et emballages) ont ainsi intégré ses collections. Le dépôt des objets du groupe Casino les complète opportunément : il éclaire sur l’histoire institutionnelle de l’entreprise, alors que les collections du musée sont orientées vers des produits spécifiques. Des enseignes de différentes époques ou un chariot de supermarché sont autant d’exemples d’objets illustrant l’évolution des devantures des magasins, des logos et des modes de vente. 

L’exposition « Vendre de tout, être partout » dépasse le cadre stéphanois et parle à tous d’un quotidien parfois disparu, parfois actuel, en proposant une réflexion sur l’histoire de la consommation et de la distribution en France. Cette expo aborde le processus par lequel Casino, d’abord épicerie familiale, s’est adapté aux mutations du commerce pour devenir un groupe international. Les visiteurs cheminent dans différentes ambiances évoquant trois axes structurant le fonctionnement de l’entreprise à travers son histoire : la stratégie et la décision, la fabrication et la distribution des produits dans un souci de qualité, et enfin la vente. Pour l’anecdote, qui a son importance, dès l’entrée de l’exposition, un focus sur le nom de marque Casino est proposé au public ; celui-ci prend sa source dans l’ancien casino lyrique de Saint-Étienne, qui fut transformé en épicerie de détail quelques années après sa fermeture par son acquéreur M. Bréchard. Sous la présidence de Jean-Charles Naouri, 120 ans plus tard, l’appellation Casino est plus que jamais vivace.