Actu Nouvelle-Aquitaine

Molinier49 à la lumière des abat-jour

Ancien chef de cabinet au gouvernement polonais, Marek Rybak a ouvert début septembre un atelier d’abat-jour à Agen ! Charmant et insolite.

Chantal BOSSY - 30 octobre 2019
______

La quarantaine venue, Marek Rybak a quitté les lustres du palais présidentiel polonais pour les abat-jour. Un changement éclairé mais radical pour l’ancien chef du protocole qui a ouvert début septembre à Agen un atelier de fabrication de ces jolies petites choses au charme certain. Son nom comme un nom de code : « Molinier49 ». La vie de Marek Rybak est d’un classicisme original. Il a connu le communisme et, alors que son pays aspirait à entrer dans l’Union européenne, cet affable homme rêvait déjà de la France qu’il sillonnait en famille durant les vacances. Après des études en économie axées sur l’Union européenne, Sciences-Po à Varsovie (à cette époque en jumelage avec Sciences-Po Paris), a la chance d’accéder à l’ENA. Il sera le seul Polonais de la promo 2004 ! Il regagne ensuite son pays. « J’wai été chef du cabinet du ministre de l’Intégration européenne auprès du bureau du Premier ministre dans une période où il y avait quatre ministres les plus importants : Affaires étrangères, intégration européenne, Finances, Économie. » Une vie à 100 à l’heure où pourtant et bien qu’il en reconnaisse les bons côtés, il sent qu’il peut y avoir un ailleurs, moins brillant, moins rutilant, moins flambant mais sans doute plus réel. À 40 ans c’est le déclic : pas d’illusions perdues à la Balzac, juste un souhait de grand bol d’air et de liberté. Peut-être aussi une nostalgie d’une Pologne qu’il a connue autre, plus ouverte selon lui ! Il quitte son poste sur la pointe des pieds, vend maison et grosse voiture. Adieu protocole, hommes d’État, ambassadeurs, chauffeurs … Le voilà redevenu un homme normal en quête d’une vie normale. De la France, il aime la culture, la peinture, les paysages, la cuisine. Il décide d’acheter une bâtisse dans le Gers : deux ans de travaux seront nécessaires pour embellir la tour du XIIIe siècle… 

UNE ÉLÉGANCE À LA FRANçAISE, UN UNIVERS PROUSTIEN

Le hasard le mène du côté de Bourges dans une boutique d’abat-jour artisanaux. Il a toujours eu un faible pour la lumière tamisée loin peut-être du cristal des lustres présidentiels. Coup de foudre pour les abat-jour faits par la maîtresse des lieux qui fabrique tout elle-même pour des châteaux ou pour des grandes marques. Un an plus tard, Marek est en stage chez elle. La reconversion est en route, la formation aussi. Reste à passer à la pratique. Le grand saut raisonné est-il raisonnable ? Être ou ne pas être ? Choix shakespearien ! C’est finalement à Agen que Marek va poser rêves, valises, tissus (coton, soie, laine… du Japon, d’Estonie, de Pologne ou d’Allemagne) et papiers peints originaux (déjà remarqués sur Instagram). Avec une délicatesse très protocolaire, il va créer l’abat-jour de A à Z, classique, original, double face, moderne, rond, carré, losange… Toute une élégance dite « à la française », un petit air cosy « Place de Fürstenberg, Saint-Germain des Prés », un univers proustien. La boutique, écrin raffiné, témoigne d’un amour pour le luxe sage et discret. Les abat-jour sont autant de touches éclairant un nouveau jour ! Le quartier agenais l’a adopté, ses abat-jour se vendent déjà à Lectoure, Larressingle, Condom,… Des collaborations se nouent. Des particuliers l’invitent chez eux pour qu’il apporte son regard sur les abat-jour de la maisonnée. Tout un protocole se met en place. Au 49 rue Molinier à Agen est né un artiste siglé ENA ! Un fait suffisamment rare pour être signalé !