Collectivités

Transaction climatique, action réaction de la région

Le Conseil régional lance « Néo Terra », un plan d’actions d’urgence destiné à lutter contre les effets du dérèglement climatique.

V. R. - 26 juillet 2019
______

Après la séance plénière thématique dédiée aux territoires le 12 avril dernier, les élus du Conseil régional planchaient sur les enjeux environnementaux et climatiques le 9 juillet dernier.

Le constat est désormais connu et a été bien démontré par plusieurs dizaines de scientifiques : à l’échelle du monde, de l’Europe et de la France, le territoire de la Nouvelle-Aquitaine est d’ores et déjà confronté aux effets du réchauffement et dérèglement climatiques avec des répercussions sur les écosystèmes environnementaux et la santé humaine. Acclimaterra et Ecobiose – deux comités scientifiques mis en place par le Conseil régional et inédits en France, de diagnostic du changement climatique et de la biodiversité – montrent que l’état écologique et climatique du territoire de Nouvelle-Aquitaine est, à l’image de celui de la planète, préoccupant : 8 espèces en voie d’extinction ; des oiseaux, insectes, reptiles en déclin depuis 25 ans ; les arbres feuillus avec 20 à 40 % de feuilles en moins en 5 ans en Pyrénées-Atlantiques ; en 40 ans, une augmentation de 2 à 3 °C de la température de l’eau ; une augmentation du niveau de la mer ayant des conséquences sur le trait de côte aujourd’hui visible ; une augmentation des phénomènes caniculaires ; 20 % des habitants de Nouvelle-Aquitaine souffrant de maladies chroniques. « Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont la première cause du dérèglement climatique, correspondant à la combustion d’énergies fossiles dans les domaines du transport, des bâtiments, des procédés industriels, et des activités agricoles », rappelait le président Alain Rousset dans son allocution.

« PERSPECTIVES  2030 ET NON 2050 CAR IL SERAIT DÉJA TROP TARD »

Ainsi, le Conseil régional, déjà engagé dans une démarche environnementale depuis plusieurs années, souhaite agir de façon encore plus dynamique et systémique contre les effets du dérèglement climatique. Pour cela, il s’est fixé une feuille de route, appelée « Néo Terra », dont les ambitions sont définies à l’horizon 2030. Objectif : accélérer et accompagner l’effort de transition en termes énergétique, écologique et agricole mais aussi élaborer des actions concrètes, opérationnelles de façon immédiate, à 3 ans, 6 ans et 10 ans. Des innovations seront recherchées pour massifier les solutions vers ces transitions. La feuille de route souhaite surtout mobiliser l’ensemble des acteurs publics et privés pour les engager dans cette démarche.

« C’est dans cette perspective de 2030 (et non 2050 car il sera déjà trop tard) » souligne l’exécutif, que des groupes de travail thématiques et transversaux ont été constitués pour assurer la co-construction d’actions dans plusieurs domaines : transports et mobilité ; bâtiments et urbanisme ; industries ; agriculture, sylviculture ; territoires (groupe transversal) ; changement sociétal dont l’éducation à l’environnement ; exemplarité de l’institution. À l’initiative d’Alain Rousset, la Région veut ainsi se donner pour mission « d’embarquer et de fédérer tous les acteurs de son territoire (organisations professionnelles et consulaires, entreprises, associations…) pour garantir une mobilisation générale». Le président se veut toutefois lucide : «nous mesurons combien le dynamisme économique et démographique néo-aquitain – fondé sur notre capacité d’innovation, notre cadre de vie et l’attractivité de notre littoral, autant d’atouts dont nous devons nous réjouir – constitue de pression supplémentaire sur nos écosystèmes, menace notre air, nos eaux, notre santé, notre biodiversité et ajoute à l’urgence climatique et environnementale ». Le plan d’actions sera ainsi structuré autour de 11 grandes ambitions, couvrant l’ensemble des enjeux : engagement citoyen, agroécologie, mutation des entreprises, transition énergétique, mobilités propres, urbanisme résilient, traitement des déchets, préservation de la biodiversité, protection des ressources naturelles et de l’eau en particulier, sanctuarisation des terres agricoles et forestières. Des défis à relever…