Actu Nouvelle-Aquitaine

Un regard sur l’après-Covid

Psychologue du travail, diplômée d’ergonomie, Amandine Couthures exerce en tant que consultante spécialiste des organisations, des conditions et de la qualité de vie au travail et de la prévention des risques psychosociaux au sein de son cabinet AMCO dont le siège est à Agen. Regard sur l’après-Covid.

Par Chantal Bossy - 15 juillet 2020
______

La Vie Economique : Dans quel cadre intervient le cabinet AMCO ?

Aurèlie COUTHURES :  « La plupart du temps, je réponds à la demande des entreprises, souvent à celle du service des ressources humaines, quand les risques sont déjà identifiés. Cela peut être pour de la résolution de conflit, pour des situations de harcèlement moral ou pour soutenir un changement. La période de crise sanitaire que nous venons de traverser est, sans nul doute, un risque supplémentaire pour ces organisations que j’accompagne. »

LVE : Que s’est-il   passé pour le cabinet AMCO pendant le Covid ?

A.C. : « Le cabinet AMCO a travaillé en pointillé pendant la période de confinement puisque j’interviens sur le terrain, lors de la réalisation d’entretiens, d’observations ou au moment des restitutions, en présentiel donc, au sein des entreprises.  Le confinement m’a donc contrainte à adapter mes interventions aux mesures prises par les entreprises. J’ai pu les finaliser par Visio ou par téléphone. En revanche, celles qui devaient commencer sur les mois de mars et d’avril ont été reportées à la sortie du confinement voire en septembre.»

LVE :  Comment avez-vous préparé la reprise et mis au point une stratégie ?

A.C. :  « Au déconfinement, j’ai fait le point avec la plupart de mes clients et futurs clients pour connaître leur ressenti et leur vécu face à cette crise. Ce point m’a permis d’appréhender aussi le contexte et le climat social généré par le Covid. Certaines entreprises ont fait appel au cabinet AMCO afin de mettre en place des téléconsultations pour soutenir leurs salariés face au constat de leur mal-être vécu pendant la période de confinement. Ces téléconsultations ou consultations sont toujours d’actualité.»

LVE : Quels constats précisément ?

A.C. : « Les retours de mes clients ont mis en lumière deux choses. D’un côté, j’ai été agréablement surprise de voir que le Covid avait permis une amélioration de la communication pour certains collectifs. En effet, la distance a fait que la communication a dû s’adapter, se renforcer, ce dont les collectifs de travail que j’accompagnais avaient besoin. Des points quotidiens étaient désormais faits, le travail était cadré et la répartition des tâches était devenue plus claire. En revanche, sur d’autres collectifs de travail, les situations de travail dégradées avant la période de crise n’ont fait qu’être exacerbées. Je me suis retrouvée face à des salariés en difficulté dû au confinement, au travail confiné, à la coupure du lien social (entre collègues et hiérarchie), face à des dirigeants en difficulté pour adapter leur mode de management au travail confiné, au travail à distance et à des organisations déséquilibrées pour assurer un maintien de leur production ou de leur service.»

LVE : Quel changement dans votre approche ?

A.C. : « Le cabinet AMCO intervenant sur la prévention des risques psychosociaux, le Covid a été et est un facteur important d’émergence des risques psychosociaux tant par la nature même du risque que par les mesures de protection qui sont mises en place autour de lui. Le travail ne se fait plus tout à fait comme avant, de nouvelles tâches ont vu le jour, l’organisation du travail s’est peut-être modifiée et le rapport aux autres est devenu contrôlé et parfois anxiogène. Face à ce contexte en entreprise, j’ai intégré que mes interventions ne seraient pas les mêmes non plus. J’ai pensé, et pense toujours, que les demandes pour réaliser des diagnostics des risques psychosociaux ou pour accompagner des changements organisationnels doivent être modifiées. C’est en cela que j’ai décidé de réfléchir à aborder les entreprises autrement mais toujours avec le même prisme de la prise en compte dans les organisations de la qualité de vie au travail et de l’amélioration des conditions de travail mais en tenant compte du contexte et des nouveaux modes organisationnels qui seront mis en place demain. J’ai donc retravaillé ma méthodologie d’intervention afin de pouvoir accompagner les entreprises vers une organisation qui soit performante dans la durée et ce, malgré la survenue d’un nouveau risque. En effet, ma priorité est que les entreprises puissent continuer de fonctionner et d’assurer leurs productions et leurs services tout en préservant la santé au travail.»

LVE : Comment appréhendez-vous désormais vos interventions ?

A.C. : « L’objectif aujourd’hui du cabinet AMCO est de pouvoir accompagner les entreprises au cœur même de leur organisation afin d’intégrer pleinement la prévention des risques en tenant compte de la réalité du travail, des conditions de travail et de la santé au travail. Il me paraît encore plus essentiel de pouvoir investir et préserver sa ressource humaine car c’est elle qui assure la performance d’une entreprise. J’aimerais que les entreprises s’appuient sur ce qu’elles ont vécu au travers de cette crise et se disent, qu’en effet, elles ont besoin d’adapter leur organisation de travail afin qu’elle soit équilibrée et pérenne et qu’elle prenne en compte la santé au travail. Adapter son organisation du travail ne veut pas dire tout modifier. Au contraire, c’est partir de l’existant, de la réalité du travail et de l’ajuster en fonction d’un contexte pour en améliorer les impacts. Par exemple, soutenir le management, améliorer le climat social, optimiser la performance…»

LVE : Quels conseils pour les entreprises ?

A.C : « Souvent je suis confrontée à des entreprises qui ont besoin d’un soutien mais qui ne franchissent pas le cap d’enclencher une démarche. Par crainte de ce qui pourrait sortir de l’état des lieux, par assurance qu’aujourd’hui ça fonctionne bien ainsi, qu’on ne connaît pas demain et que demain « autrement » fait peur… Le « monde d’après » en entreprise nécessite une réelle prise de conscience des entreprises, une impulsion pour s’adapter, une recherche d’appui auprès d’experts pour les accompagner, les soutenir et assurer durablement la performance de leur organisation.»