Entreprises

Une usine pour l’urine !

Basée à Langon, la start-up Toopi Organics a remporté le concours national de La Fabrique Aviva dans la catégorie « environnement et transition énergétique ». Spécialisée dans la collecte et la valorisation de l’urine humaine pour l’agriculture biologique, cette jeune société investit dans la création d’une usine pour transformer l’urine humaine !

Vincent ROUSSET - 4 août 2019
______

La transition énergétique s’étend sur un champ des possibles insolite. Ainsi le 11 juillet dernier, la start-up originaire de Langon Toopi Organics a remporté le concours national de La Fabrique Aviva dans la catégorie « environnement et transition énergétique ». La Fabrique Aviva est une initiative de mécénat de l’assureur Aviva France qui vise à doter d’un million d’euros des projets entrepreneuriaux utiles et innovants. 

Au printemps dernier, plus de 1 800 porteurs de projets utiles et innovants pour la société avaient candidaté en ligne sur le site de La Fabrique Aviva afin d’obtenir une dotation pour développer leurs initiatives dans les secteurs de l’emploi, la santé, l’environnement et l’assurance responsable. Ils ont ensuite été départagés par les votes du grand public qui ont désigné les finalistes. Courant juin, ces finalistes ont été auditionnés par des jurys régionaux composés d’entrepreneurs, experts, agents généraux et collaborateurs Aviva qui ont désigné les gagnants de la catégorie « Amorçage ». Les jurys régionaux ont également sélectionné les 16 gagnants de la catégorie « Décollage » qui ont été départagés par un jury national à Paris le 11 juillet. Le créateur de Toopi Organics Michael Roes avait déjà remporté en 2018 le concours d’initiatives citoyennes « la Fabrique Aviva » avec le projet MR Organics. En 2019, ce jeune entrepreneur écolo réalise un doublé avec un projet très original : Toopi Organics. Objectif : collecter, transformer et valoriser l’urine humaine pour l’agriculture biologique. L’urine est en effet riche en azote, phosphore et potassium – le triptyque NPK essentiel à la fertilisation agricole. Elle représente donc une véritable alternative aux engrais chimiques, fondés sur l’extraction de minerai et l’industrie pétrolière. « Nous arrivons dans un contexte où les citoyens prennent conscience qu’il est absurde d’uriner chaque jour dans de l’eau potable. Chaque année, en France ce sont 200 milliards de litres d’eau potable qui sont souillés dans nos toilettes. L’autre argument fort qui a convaincu le jury, c’est le potentiel économique de Toopi Organics. Jusqu’à présent, l’urine était considérée comme un déchet à traiter. Grâce à notre procédé microbiologique, l’urine devient une ressource, une nouvelle matière première, collectée et transformée localement, pour fertiliser les cultures biologiques environnantes », explique Michael Roes. Fondée à Langon en février 2019, Toopi Organics est née de la rencontre de 3 jeunes entrepreneurs. Mathieu Préel, loueur de toilettes sèches, se trouvait confronté quotidiennement au recyclage de l’urine humaine. Pierre Huguier et Michael Roes, tous deux engagés dans la production de fertilisants pour l’agriculture bio, ont développé avec lui un procédé de transformation microbiologique de l’urine humaine.

Au cours des 12 derniers mois, 2 études menées par Bordeaux Sciences Agro et l’Inra ont montré que le bio-stimulant produit par Toopi est plus performant que les engrais minéraux conventionnels (de 60 % à 110 % de biomasse en plus selon l’étude de Bordeaux Sciences Agro). La société, installée à la pépinière d’entreprises de Langon, vise une autorisation de mise sur le marché en 2020 et un volume de collecte d’urine de 4 millions de litres en 2020. Une première unité de transformation d’une capacité de 180 000 litres sera installée en Sud-Gironde d’ici la fin de l’année 2019. Le prix Aviva a permis à la société de décrocher une enveloppe de 65 000 euros pour financer son usine de transformation d’urine.